Energie durable : le rapport de l’administration Biden sur l’Initiative Power Africa, l’accès à l’électricité

Power Africa a été lancé sous l’administration de l’ancien président américain Barack Obama, dans le but d’accroître l’accès à l’électricité à travers le continent africain, grâce à des projets créant de nouvelles connexions et augmentant la capacité de production. 

L’initiative inter-institutions a continué à fonctionner depuis – bien que certains experts et anciens responsables disent qu’il est temps de redémarrer un peu. Un nouveau document publié, la semaine dernière, décrit les mesures que l’administration du président Joe Biden peut prendre pour améliorer l’initiative basée à l’Agence américaine pour le développement international). Ils vont des plus simples – par exemple, augmenter le budget à 300 millions de dollars par an et reconduire un responsable du Conseil de sécurité national, pour coprésider le groupe de travail Power Africa – aux plus complexes, comme fixer de nouveaux objectifs en matière de fiabilité et de coûts de l’énergie. “La fiabilité et le coût de l’électricité sont parmi les défis les plus persistants liés à l’énergie que les gens du continent rapportent“, a déclaré Katie Auth, directrice des politiques au Energy for growth hub, lors du lancement du nouveau rapport “ Going Big on Power Afrique : renforcer l’initiative face aux défis urgents d’aujourd’hui”. “l‘impact de Power Africa sur le développement restera faible si ces problèmes ne sont pas résolus“, a-t-elle ajouté.

Les transactions de Power Africa

Depuis 2013, Power Africa a clôturé  124 transactions, représentant plus de 11 000 mégawatts supplémentaires. Ce qui est présenté comme une réussite pour la manière dont un processus inter-institutions peut être mis en place pour exploiter efficacement diverses ressources et compétences des agences gouvernementales américaines vers un seul objectif. la structure s’est concentrée sur les transactions individuelles et les a accompagnées, du développement à l’investissement. Mais,” ces accords ne sont souvent pas conclus de manière concurrentielle, alors Power Africa devrait aider les pays à concevoir un processus compétitif et transparent pour la planification et l’acquisition de projets d’électricité“, a déploré Katie Auth, alors coordinateur adjoint par intérim de Power Africa.

Nilmini Rubin, associé principal au Center for strategic and international studies a déclaré qu’on peut penser au-delà des seules entreprises du secteur de l’énergie et inclure les entreprises du secteur des technologies de l’information et des communications. L’une des recommandations du rapport exhorte les États-Unis et les autres pays riches à mettre fin au financement public du charbon et du pétrole, mais à maintenir un certain financement du gaz naturel dans des “économies pauvres en énergie et à faibles émissions”. Pour Katie Auth,  Power Africa devrait se concentrer sur l’aide aux pays en transition vers des “économies prospères à faible émission de carbone “, en fonction des ressources spécifiques pour chaque pays et des priorités économiques. 

Power Africa et les ambitions climatiques de l’administration Biden

La mise en œuvre d’une approche nuancée [énergies renouvelables et solutions hors réseau ou mini-réseau, ainsi que les besoins de l’industrie et l’activité économique, “pour un bon mix énergétique] sera difficile et l’administration Biden devra émettre des orientations politiques claires et développer un processus simple et direct “, a indiqué Katie Auth. Bien qu’il n’y ait pas eu de signal clair concernant la position de l’administration sur Power Africa, les experts pensent qu’elle pourrait jouer un rôle dans ses ambitions climatiques plus larges. En travaillant à accroître l’accès des personnes ou des ménages à l’électricité, Power Africa s’est concentré sur les systèmes solaires domestiques et les mini-réseaux, en partie parce que bon nombre des innovations et des entreprises travaillant dans ces domaines sont américaines.

L’avenir de Power Africa

À l’avenir, Power Africa devrait orienter l’innovation vers les marchés émergents et utiliser les travaux de recherche et développement du gouvernement américain pour soutenir la technologie et la fabrication de produits pouvant être vendus dans le monde entier“, a déclaré Kate Steel, directrice des opérations et cofondatrice de Nithio, à l’époque, chez Power Africa. “La nouvelle administration pourrait faire des  efforts de recherche et développement qui ont, peut-être, été abandonnés à un usage domestique pour voir s’ils pouvaient avoir des applications mondiales “, a-t-elle ajouté.

Les obstacles de Power Africa

Certains des obstacles auxquels Power Africa est actuellement confronté ne sont pas liés au secteur privé, qu’il a été conçu pour aider à mobiliser, mais plutôt aux besoins publics. L’initiative doit réfléchir à la manière, dont elle peut mieux aider les services publics à s’améliorer et à la façon qu’elle peut utiliser l’assistance technique pour aider les gouvernements à créer des environnements réglementaires appropriés pour permettre plus de certitude et créer plus de projets bancables, ont déclaré les experts.

Noël Ndong

Source : ADIAC Congo

Partager cet article

Copier le lien de l'article

Copier